BIGtheme.net http://bigtheme.net/ecommerce/opencart OpenCart Templates
Home / A LA UNE / Les trois priorites du partenariat de l’UE avec le Maroc

Les trois priorites du partenariat de l’UE avec le Maroc

L’Union européenne (UE) a retenu pour l’étape à venir,  trois priorités dans le cadre de la  mise en œuvre du Statut avancé avec le Maroc.
Il s’agit des 3M: «Mobility, Market and Money», a précisé dernièrement le chef de la Délégation UE au Maroc, Rupert Joy, rappelant qu’en termes d’appui financier, le Maroc est le premier bénéficiaire (hors UE) de l’aide européenne au développement avec 180 millions euros alloués dans le cadre du Programme « Réussir le Statut avancé » et 128 millions euros dans le cadre du programme « SPRING ».
Intervenant lors d’une conférence organisée par l’Université Privée de Marrakech (UPM) sous le thème « Les exigences, les opportunités et les échéances de mise en œuvre du Statut avancé Maroc-UE », Joy estime que la coopération entre le Maroc et l’UE représente l’une des plus abouties avec les partenaires de la zone Sud de la Méditerranée.
Depuis l’octroi au Maroc du Statut Avancé en 2008, rappelle-t-il, 98 pc des exportations marocaines de produits agricoles accèdent désormais, sans droits de douane, à un marché de 500 millions de consommateurs.
Les relations entre Rabat et Bruxelles se trouvent aujourd’hui à un tournant important de leur histoire, affirme Rupert Joy qui souligne toutefois que la concrétisation de leur agenda, nécessite encore des efforts sur des points importants touchant aux volets social, humain, la formation, la santé, le désenclavement, la lutte contre l’analphabétisme et la consécration de l’égalité Homme-Femme.
L’UE est également sensible à la question de l’intégrité territoriale du Royaume ainsi qu’à la question de la sécurité dans cette région du globe, a-t-il souligné précisant que Bruxelles ne cesse d’encourager toutes les parties à poursuivre leurs efforts pour parvenir à une solution du conflit du Sahara.
Les bases de la coopération entre l’UE et le Maroc sont solides, mais les défis sont encore grands pour concrétiser ce chantier, fait-il observer, affirmant que les réformes entreprises par le Maroc, la transition démocratique et la nouvelle constitution de 2011, sont autant de signes encourageants d’un pays stable qui veut se projeter dans l’avenir.

Check Also

Didier Reynders : « Nous voudrions rassurer le Maroc »

Didier Reynders, ministre belge des Affaires étrangères est au four et au moulin. Quelques jours ...

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils