Home / SCIENCE & TECH / L’hypothèse folle d’un cosmologiste de Harvard

L’hypothèse folle d’un cosmologiste de Harvard

Des planètes habitables ont-elles peuplé l’Univers au tout début de l’expansion cosmique, seulement 15 millions d’années après le big bang ?

Fascinante et iconoclaste, cette hypothèse publiée par le cosmologiste Abraham Loeb interpelle les astrophysiciens. Faut-il revisiter le grand récit de l’Univers ?

La lueur tiède du Big bang

Dans un étonnant article soumis en décembre à la revue Astrobiology – cinq pages à peine ! -, le cosmologiste Abraham (Avi) Loeb, professeur au département d’astronomie de Harvard et
membre de l’Académie des arts et des sciences américaine, assure que l’Univers aurait connu précocement une « période habitable » de quelques millions d’années.

« Quinze millions d’années après le big bang, la température du rayonnement cosmologique était encore de 30 °C », remarque le chercheur. Émise 380 000 ans après le big bang, lors de la formation des premiers atomes, cette lumière à 3 000 °C n’a cessé de se refroidir sous l’effet de l’expansion cosmique.

Aujourd’hui, elle n’est plus que de - 270 °C (3 K) et aurait bien du mal à réchauffer quoi que ce soit. Mais à cette époque primitive, elle baignait tout l’espace d’une lueur tiède. « Des planètes rocheuses plongées dans ce bain pouvaient posséder de l’eau liquide où qu’elles se trouvent dans l’Univers, même loin de toute étoile », souligne Avi Loeb.

Check Also

Cerveau :L’interrupteur de la conscience trouvé par des scientifiques

Des chercheurs de l’Université de Washington sont parvenus à trouver l’interrupteur du cerveau sur une …

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils