BIGtheme.net http://bigtheme.net/ecommerce/opencart OpenCart Templates
Home / SCIENCE & TECH / L’hypothèse folle d’un cosmologiste de Harvard

L’hypothèse folle d’un cosmologiste de Harvard

Des planètes habitables ont-elles peuplé l’Univers au tout début de l’expansion cosmique, seulement 15 millions d’années après le big bang ?

Fascinante et iconoclaste, cette hypothèse publiée par le cosmologiste Abraham Loeb interpelle les astrophysiciens. Faut-il revisiter le grand récit de l’Univers ?

La lueur tiède du Big bang

Dans un étonnant article soumis en décembre à la revue Astrobiology – cinq pages à peine ! -, le cosmologiste Abraham (Avi) Loeb, professeur au département d’astronomie de Harvard et
membre de l’Académie des arts et des sciences américaine, assure que l’Univers aurait connu précocement une « période habitable » de quelques millions d’années.

« Quinze millions d’années après le big bang, la température du rayonnement cosmologique était encore de 30 °C », remarque le chercheur. Émise 380 000 ans après le big bang, lors de la formation des premiers atomes, cette lumière à 3 000 °C n’a cessé de se refroidir sous l’effet de l’expansion cosmique.

Aujourd’hui, elle n’est plus que de - 270 °C (3 K) et aurait bien du mal à réchauffer quoi que ce soit. Mais à cette époque primitive, elle baignait tout l’espace d’une lueur tiède. « Des planètes rocheuses plongées dans ce bain pouvaient posséder de l’eau liquide où qu’elles se trouvent dans l’Univers, même loin de toute étoile », souligne Avi Loeb.

Check Also

Les froissements du Big bang découverts depuis le Pôle Sud

C’était le dernier graal des cosmologistes ! Une équipe américaine annonce avoir découvert la signature ...

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils