BIGtheme.net http://bigtheme.net/ecommerce/opencart OpenCart Templates
Home / A LA UNE / Sahara Marocaine : l’interminable guerre froide

Sahara Marocaine : l’interminable guerre froide


4630120_6_5beb_le-sahara-occidental-point-de-discorde_49b708d31e478a45cb8fd92ec3e75a68

 

C’est un conflit gelé en plein coeur du Maghreb. Mardi 28 avril, le Conseil de sécurité des Nations unies a prolongé, comme il le fait chaque année, le mandat de la Minurso, la force de l’ONU au Sahara Marocaine. Adoptée à l’unanimité, la résolution invite les deux camps à « s’engager dans une phase de négociations plus intensive et plus substantielle » : cela fera quarante ans cette année que le conflit, au coeur de la rivalité algéro-marocaine, empoisonne la vie de la région.

Le territoire de l’ancienne colonie espagnole, annexé (à 80 %) par le Maroc en 1975, est revendiqué depuis par le Front Polisario soutenu par l’Algérie. Depuis la signature d’un cessez-le-feu en 1991, les négociations piétinent. Rabat propose un plan d’autonomie rejeté par le Front Polisario qui exige un référendum d’autodétermination avec le soutien d’Alger. « Si rien n’avance, c’est que le statu quo semble préférable au risque d’un échec pour chacune des parties », souligne Luis Martinez, directeur de recherche au Centre d’études et de recherches internationales.

Côté marocain, la défense de l’« intégrité territoriale » a été érigée en cause nationale directement portée par la monarchie. Depuis longtemps, les autorités ont favorisé les investissements et l’installation de Marocains du nord dans la région. La question sahraouie figure en bonne place dans les priorités de la politique étrangère du royaume : alors que le pays a quitté l’Union africaine en 1984 après qu’elle eut reconnu la République arabe sahraouie démocratique (RASD), il développe une ambitieuse politique africaine pour rompre son isolement diplomatique et géographique (la frontière algéro-marocaine est fermée depuis 1994).

4630121_6_8cfa_la-diplomatie-africaine-du-maroc_3b34f788af4bad02a62550d7db6b8ada

 

Blocage

La fermeté est aussi de mise à Alger. Le pays souffre moins du blocage que son voisin. Il permet en revanche de freiner les ambitions régionales de son rival. Surtout, en soutenant le Front Polisario, l’Algérie se pose en défenseur du droit à l’autodétermination à l’échelle du continent.

Les Occidentaux sont peu enclins à troubler ce statu quo : le Maroc et l’Algérie sont deux partenaires clés dans la lutte contre le terrorisme. En outre, Rabat s’est depuis longtemps assuré de solides soutiens, au premier rang desquels Paris. En 2013, un projet de résolution préparé par les Etats-Unis proposait d’élargir le mandat de la Minurso à la situation des droits de l’homme. Le Maroc avait obtenu son abandon. Il n’en a plus été question depuis.

Régulièrement, des voix s’élèvent pour dénoncer les conséquences de ce blocage. Le conflit a empêché toute concrétisation de l’Union du Maghreb arabe lancée en 1989. Il entrave également la coopération sécuritaire régionale. « Il est temps de tenir compte des nouvelles dynamiques régionales : de l’émergence des sociétés civiles aux questions sécuritaires »,souligne Khadija Mohsen-Finan, enseignante à l’université Paris-I et coordinatrice d’un dossier sur les quarante ans du conflit pour le site Internet Orient XXI.

Depuis plusieurs années, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon sonne l’alarme. « La frustration croissante parmi les Sahraouis et l’expansion des réseaux criminels et extrémistes dans la région Sahel-Sahara présentent des risques accrus pour la stabilité et la sécurité de la région », a-t-il répété début avril.

4630122_6_7725_algerie-un-voisin-de-poids_febb0df2be1cc65ffd55af37da71eed3

Source: http://www.lemonde.fr/

Maroc Actualités

Check Also

L’ALGERIE PREPARE SES ARMES CONTRE LE RETOUR DU MAROC A L’UA

La réaction d’Alger au lendemain de la démarche du Maroc pour retourner au sein de ...

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils