BIGtheme.net http://bigtheme.net/ecommerce/opencart OpenCart Templates
Home / A LA UNE / Wikileaks : Les Saoudiens opposés à l’adhésion du Maroc au Conseil de coopération du Golfe

Wikileaks : Les Saoudiens opposés à l’adhésion du Maroc au Conseil de coopération du Golfe

a247a2c46f557fefe6dc537bf64b366b_thumb_565

Un câble de Wikileaks révèle que c’est l’Arabie Saoudite qui s’est opposée, en mai 2011, à l’adhésion du Maroc au Conseil de coopération du Golfe. Sept mois plus tard, Rabat avait riposté à sa manière au refus de son principal allié dans la région.

Les relations maroco-saoudiennes n’ont pas toujours au beau fixe. Un câble de Wikileaks parle d’une période de tension, toutefois contenue, entre les deux alliés. Nous sommes en plein « Printemps arabe » et les pays du Conseil de coopération du Golfe (GCC) avaient demandé officiellement au Maroc et à la Jordanie de rejoindre le club des riches monarchies arabes. Le site de lanceur d’alerte révèle que l’invitation émanait de l’ancien émir du Qatar, Hamad, à l’occasion d’un sommet du CCG tenu à Ryad le 10 mai 2011.

Le prince Al Faiçal et l’instabilité de l’économie marocaine

Les Saoudiens, pris de court par la main tendue à Rabat, n’avaient pas immédiatement exprimé leur désaccord. Ce n’est que par la suite qu’ils ont commencé à exprimer leur opposition à la proposition qatarie. La mission avait été confiée à l’ancien chef de la diplomatie, le prince Saoud Al Faiçal. Celui-ci craignait que les faiblesses de l’économie marocaine ne soient une charge pour les Etats du Golfe comme l’est aujourd’hui la Grèce pour l’Union européenne. Une position qu’il avait exprimée à deux reprises.

Mais au-delà des doutes sur la résilience des finances marocaines, le câble donne une autre explication aux propos du prince. Il affirme que les officiels marocains n’étaient pas réellement surpris de l’hostilité d’Al Faiçal à l’adhésion du royaume au CCG. Et pour cause, ils le considéraient comme étant un pro-Algérien qui défendait les intérêts du voisin de l’Est au sein de la famille régnante à Ryad.

La riposte de Rabat

Le 11 mai 2011, le Maroc réagissait officiellement à l’invitation adressée par les chefs des Etats du Conseil de coopération du Golfe. Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères, tout en se déclarant résolument engagé à raffermir davantage ses relations avec le pays du GCC, précisait que la place naturelle du Maroc était au sein de l’Union du Maghreb Arabe.

Néanmoins Rabat se devait de riposter au refus exprimé par Saoud Al Faiçal. Avant de quitter le MAE, Taïeb Fassi Fihri avait travaillé sur un large mouvement au sein des représentations du Maroc à l’étranger. Le 6 décembre 2011, le roi recevait au palais de Rabat environ trente nouveaux ambassadeurs. Mais la chancellerie de Ryad n’était pas concernée alors que les Saoudiens attendaient, depuis deux ans, l’arrivée d’un diplomate pour remplacer Ahmed Semmar décédé en 2009. En revanche, lors de la même cérémonie Mohammed VI avait nommé El Mekki Gaouane ambassadeur au Qatar.

Maroc Actualités

 

Check Also

DIPLOMATIE: TROIS AMBASSADEURS MAROCAINS REFUSENT DE RENTRER AU PAYS

Trois diplomates marocains refusent de quitter leur poste. Ils ont même fait intervenir les autorités ...

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils