BIGtheme.net http://bigtheme.net/ecommerce/opencart OpenCart Templates
Home / ÉCONOMIE / Le Maroc accompagne le Sénégal pour le développement de la petite agriculture et le milieu rural

Le Maroc accompagne le Sénégal pour le développement de la petite agriculture et le milieu rural

entretiens_-_sm_le_roi_et_le_president_senegalais_-_archives1-504x297-680x365_c

Le roi Mohammed VI et le président sénégalais Macky Sall ont présidé, ce lundi 7 novembre, la cérémonie de lancement d’un partenariat pour l’accompagnement de la petite agriculture et du milieu rural au Sénégal.

Après un discours prononcé dimanche 6 novembre depuis Dakar la capitale sénégalaise à l’occasion du 41e anniversaire de la marche verte, la visite de travail et d’amitié entamée par le roi Mohammed VI se poursuit ce lundi 7 novembre par la signature d’un partenariat pour l’accompagnement de la petite agriculture et du milieu rural au Sénégal.

La cérémonie de lancement a été présidée par le roi Mohammed VI et le président sénégalais Macky Sall au palais présidentiel à Dakar. Cette cérémonie a été entamée par une présentation d’Aziz Akhannouch. Le ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime a expliqué que ce programme veut « faire bénéficier l’État sénégalais de l’expertise acquise par le Maroc en matière de développement de la petite agriculture, notamment dans le cadre du Plan Maroc Vert » rapporte un communiqué relayé par MAP. Ce partenariat repose sur « l’approche conjointe de quatre acteurs clés à savoir la Fondation Mohammed VI pour le développement durable, le groupe Crédit Agricole du Maroc, le Groupe Banque centrale populaire et le ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime ».

43 millions de dirhams d’aide financière

À travers ce partenariat, le Maroc ne fait pas que partager son expertise dans ce domaine, il apporte aussi une aide financière estimée à 4 millions d’euros, soit plus de 43 millions de dirhams. Dans le détail, la Fondation Mohammed VI pour le développement durable contribuera par un don d’un million d’euros à la création d’un fonds de garantie avec le soutien du ministère de l’Économie et des finances et du Plan du Sénégal. Le fonds sera dédié aux prêts qui seront attribués aux petites exploitations agricoles par Atlantic Microfinance for Africa (AMIFA), filiale du Groupe Banque centrale populaire, déjà implanté au Sénégal. À travers cette même filiale, BCP apportera une contribution financière additionnelle de 1,5 million d’euros. Le Crédit Agricole du Maroc est également de la partie. Outre son expertise en matière d’ingénierie et de financement, la banque spécialiste du secteur agricole fournira une contribution financière directe à hauteur de 1,5 million d’euros au dispositif.

« Les trois millions d’euros prévus dans le dispositif adossés au fonds de garantie, financé par la Fondation Mohammed VI pour le développement durable, permettront un effet de levier pour une disponibilité immédiate de 10 millions d’euros de crédits à distribuer. Cela permettra de toucher directement près de 7 000 petits agriculteurs et près de 70.000 cumulés d’ici 5 ans », a précisé Aziz Akhannouch dans une déclaration rapporté par MAP.

Pour opérationnaliser ce plan, une convention de partenariat pour la mise en place du dispositif de financement a été signée par le ministre sénégalais de l’Economie, des finances et du plan, Amadou Bâ et celui de l’Agriculture et de l’équipement rural, Papa Abdoulaye Seck. Côté marocain, elle a été signée par le ministre de l’agriculture Aziz Akhannouch, le président délégué de la Fondation Mohammed VI pour le développement durable, Mostafa Terrab, le président du directoire de la Banque centrale populaire, Mohamed Benchaaboun, et le président du directoire du Crédit agricole du Maroc, Tariq Sijilmassi.

La pêche n’est pas en reste

La seconde convention signée lors de cette cérémonie est un mémorandum d’entente pour la mise en œuvre d’un plan d’aménagement de la pêche au poulpe entre les gouvernements marocain et sénégalais. Elle a été signée par le ministre sénégalais de la Pêche et de l’Économie maritime, Oumar Gueye, et son homologue marocain Aziz Akhannouch. Le communiqué de MAP précise que ce plan sera réalisé en cinq étapes et vise pour l’essentiel la préservation et la valorisation du poulpe, la reconstitution du stock de cette ressource, ainsi que la sauvegarde des impacts socio-économiques de cette espèce. « À cette occasion, le roi a remis aux autorités sénégalaises un don du royaume du Maroc sous forme de 12 engins (zodiacs) pour le sauvetage en mer et le contrôle des activités de la pêche » précise le communiqué.

Check Also

LIBRE-ÉCHANGE, LES ACCORDS NE PROFITENT PAS AU MAROC

Au cours des deux dernières décennies, le Maroc a développé ses relations commerciales avec plusieurs ...

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils